Tahiti Tomorrow Rotating Header Image
Email cet Article Email cet Article

Ceux qui ont refusé de payer sont ruinés !

Sachons dire Non copy

La mémoire de la plupart d’entre nous est décidément bien courte.

Il y a vingt ans à peine, combien étaient –t-ils ceux qui refusaient de payer ?

Ceux la même refusaient de mettre un genou à terre. Combien étaient-ils ? Très peu, trop peu. En vérité, il était possible de le compter sur les doigts de la main.

Vous allez penser, ça y est la momie va nous endormir avec des souvenirs d’ancien combattant.

C’est pourtant vrai. Pendant cette longue période, dire non était un combat de tous les jours !

Trop rares étaient ceux ou celles qui avaient le courage de dire NON.

Non à quoi ?

Les politiques tout d’abord. Les mairies qui étaient dans l’opposition étaient quasiment privées de subvention. Les maires qui résistaient au pouvoir en place n’avaient que le droit de se la fermer et de se tourner vers le Tribunal Administratif quand la situation « dépassait les bornes ».

Bref pour être dans l’opposition valait mieux être soit fou sois avoir des concougnettes comme de pastèques.

Pour les chefs d’entreprises qui refusaient le « racket », le titre en première page de couverture de la dépêche résume parfaitement la situation de cette époque (merci Yves FORTUNET).

Pour être « Autorisé à faire des affaires, il fallait payer …. »

Les moyens utilisés à l’époque pour « casser » ceux qui refusaient de se soumettre étaient multiples et souvent insurmontables :

-          Crédit bancaires et ACC bloqués

-          Ecartement systématique des marchés publics

-          Mise en place de concurrence déloyale au moyen de fonds publics

-          Menace sur l’emploi et la situation sociale des parents ou membres de la famille (licenciement, impossibilité de trouver un emploi…)

-          Intimidation directe du genre filature, écoutes téléphoniques etc.…

-          Procès à répétitions

-          Contrôle CPS quasi mensuel

-          Contrôles fiscaux à répétition

-          Accords de facilités douanières et fiscales accordées à la concurrence

-          Refus d’autorisations administratives (défiscalisations, permis de construire, permis de travail etc.)

-          Refus de bourses pour les enfants

-          Même les banquiers étaient complices : « vous devriez vous arranger avec Monsieur X , vos problèmes cesseront …. »

-          Campagnes de presse permanentes contre les résistants avec la complicité des médias soumis eux aussi et j’écrirai  même complices !!!! A force de lire des saloperies sur certaines personnes ont finissait par y croire (certains y croient aujourd’hui encore) !

-          La justice d’aujourd’hui est également amnésique. En raison de sa lenteur, l’essentiel des procédures qui arrivent aujourd’hui ont été intentées à l’époque contre des opposants au pouvoir de l’époque. La justice oublie que ce pouvoir disposait de moyens juridiques et financiers énormes. L’assassinat social par justice interposée était monnaie courante.

Ces procès arrivent aujourd’hui devant des cours et des juges qui n’en tiennent pas comptes ou refusent de voir qu’ils sont instrumentalisés pour régler de vieux comptes politiques. Alors cette même justice, elle tente de se « refaire une beauté » de rattraper le temps perdu et elle frappe sans faire de distinction entre ceux qui ont du se battre pour faire survivre leurs entreprises et ceux qui se sont probablement enrichis sur leur dos…

Mais enfin ne soyons pas assez naïfs pour confondre les notions de Justice et de Moralité.

Ou en sont-ils ceux là même qui par leur courage ont permis que les choses commencent  à changer ?

Sont-ils récompensés, leurs carrières bloquées, ou croulent-ils sous les dettes, sous les honoraires d’avocats ou sous des procédures dont on a oublié l’origine politique.

Le bon peuple, la bonne société, les partis aujourd’hui au pouvoir et (à l’époque dans l’opposition) les ont oubliés, trop occupés à tenir « une semaine ou un mois de plus ». Notre gouvernement actuel oublie que sans eux, ils en seraient encore à organiser des marches autour de l’île avec des balais « niau ».

Pire, leur mémoire est tellement pourrie qu’ils en sont réduis à s’allier avec ceux la même qui les ont asservis pendant de si longues années.

La bonne société qui à l’époque se réfugiait la queue entre les jambes du côté du plus fort est également devenue amnésique. Elle oublie les résistants de cette époque qui  leur renvoi à la figure le souvenir de leur lâcheté.

Et oui, jeunes lecteurs si aujourd’hui vous obtenez un emploi, un marché , un financement ou une autorisation  sans avoir à payer,  sans avoir à vous agenouiller ou sans avoir  envoyer votre petite sœur entre midi et deux  dans un grand hôtel…, c’est grâce à ces gens là.

Vous noterez qu’aucun nom n’est cité. A quoi cela servirait-il ? De corrompu notre pays est entrain de passer à l’état de ruine économique et le même schéma se reproduit.

On compte sur les autres pour faire le sale boulot et en prendre plein la gueule à sa place.

N’y a –t- il personne pour relever la tête ?

11 Comments

  1. Petea dit :

    que Oscar donne l’ordre de tahiti nui à ceux qui ont refuser de payer. Comme c’est une décoration inventée par FLOSSE, ça devrait lui foutre les boulles !!

  2. FloZ dit :

    Allez on dresse la liste de cux qui n’ont pas payé ?

  3. Bonjour,

    L’interrogation: « N’y a –t- il personne pour relever la tête ? » pourrait apparaître un brin fataliste pour celle ou celui qui n’y décelait une forme (et un fond) de provocation.

    Car nombreuses sont les personnes qui ne baissent ni la tête, ni les bras, ni rien du tout… mais c’est sûr qu’on n’en parle que peu ou prou.

    Mais elles SONT là.

    Et d’autres aussi, « presque » prêtes mais:

    - Certes trop souvent encore, à se méfier du « méchant loup » de la fable (qui n’a jamais existé ailleurs que dans la fable), et que même s’il avait existé, il ne lui resterait aujourd’hui plus qu’un dentier à la place de dents; un pelage décrépi.

    - A se demander si c’est déjà le moment de sortir de son très souvent confortable « trou » ou s’il faut encore (et encore) « attendre ».

    - Craindre et/ou au fond d’elles-mêmes espérer que « çà » pourrait encore « changer » pour certaines, plus opportunistes que d’autres.

    - Croire à tous ces bobards auxquels elles ont été conditionnées, bien volontairement très souvent, c’est tellement plus facile de croire ne serait-ce qu’un « petit » mensonge…

    - A être droguées au « quotidien »: amendes, taxes, réglementation sur réglementation, interdit(s), police, veau-ccination…

    - A avoir peur de leur ombre…

    Oh hé: Alors que Lucky LUKE est sorti sur les écrans – pas la peine d’aller voir le film, je n’en fais pas la promotion; sur l’affiche, même Lucky LUKE du Jardin a la tête baissée (!)… -: tirer plus vite que son ombre est au moins une belle métaphore, surtout si c’est pour tirer-pour-ne-PAS-tuer comme dans le film; de surcroît si c’est un personnage BCBG qui a troqué sa cigarette pour une brindille.

    Pas même une allumette qui pourrait éventuellement craquer… comme le paquet qui illustre le présent article.

    Avec Honneur
    Le président de « la Polynésie française », des Françaises et des Français
    René, Georges, HOFFER
    rollstahiti@gmail.com
    (merci de bien vouloir laisser mes coordonnées apparentes en cas de publication)

  4. Ahurau dit :

    Je ne peux pas m’empêcher de parler de Mme Nicole BOUTEAU. Elle a payé cher d’avoir quitter le Tahoeraa par ce qu’elle ne voulait pas cautionner une opération financière. Aujourd’hui, la condamanation de Mme Brigitte Vanizette donne raison à Mme Nicole BOUTEAU. Et pourtant elle a traîner dans la boue, on a raconté les pires choses à son sujet lors de son départ du Tahoeraa.

    Et là où elle a payé encore plus cher c’est son inéligibilité d’un an pour une cause complètement bidon. Pour avoir oublié de nommer un mandataire financier (on peut s’en passer lorsqu’on bénéficie d’une subvention nationale) Mme Nicole BOUTEAU a été sortie de l’APF. Mais on a tous compris pourquoi elle a été sortie, car tout de suite après le GRAND courageux Philipe Schyle a accepté de voter la motion de défiance quii a fait chuté Oscar Temaru.

    Je salue le courage de cette jeune femme. Même consciente des difficultés qu’elle allait rencontré elle a toujours pris le chemain de l’honnêteté, de l’intégrité et du respect.

    Enfin, je voudrais te remercier la momie pour le temps que tu passes à nous informer. Bon courage !

  5. tatita dit :

    Ia ora na la Momie. T’as pas oublié le rendez-vous de demain soir, j’espère. Je te sens un peu amer aujourd’hui et le ton de ton article dénote tant de souffrance pour ce pays. Mais si! Il y en a qui se lèveront…Laisse les mûrir un peu et informe , t’arrête pas.

  6. islander dit :

    Bel article la Momie, merçi

  7. fenuafree dit :

    Une association d’idée lumineuse: Petea a raison : oscar devrait donner l’ordre Tahiti Nui à ceux qui ont refusé de payer, et demander d’enquêter sur ceux qui ont reçu cette distinction du Président Flosse. Je ne pense pas que que les donateurs aient eu envie de cette publicité, mais les faciliteurs et collecteurs …….

  8. Idée Geniale dit :

    Islander a raison, Tres bon article Madame la Momie.

  9. BIEN VIVRE dit :

    Merci la momie, et il faut se battre

  10. BIEN VIVRE dit :

    Merci la momie, quand à rené HOFFER, voilà un combatant qui mériterait un soutien plus important, car il n’a cesser de dénoncer les nombreuses injustices et dérives de ce pays. Cela a du lui coutait (moralement) trés cher ?

  11. virlfhv dit :

    T2pluo fquipstztzih, [url=http://onpzywsdqrqm.com/]onpzywsdqrqm[/url], [link=http://fqezoddmlgkm.com/]fqezoddmlgkm[/link], http://argvxpdbdbpg.com/

Leave a Reply